Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Veglorraine

Journée contre le spécisme - Epinal

6 Juin 2009, 16:58pm

Publié par VegLorraine

Journée contre le spécisme - Epinal

Compte-Rendu de la journée contre le spécisme du 6 juin 2009 à Epinal (région Lorraine) de 15h à 18h avec VegLorraine et L214.


Le temps de garer la voiture sur un gros zebra jaune « livraison », d’enfiler la veste L214 et un journaliste de Vosges Matin pointait déjà le bout de son nez. On les reconnaît facilement, ils marchent avec un carnet et un crayon de bois dans la main. Il paraissait sincèrement intéressé et posa des questions sur le spécisme, la nutrition...Je concluais notre entretien en lui offrant le livre de Jean-Luc et même carrément Jean-Luc pour répondre aux questions.

Beaucoup de pluie : pas de tonnelle, pas de stand !
Oui mais heureusement, sièges rabattus, elle est rentrée, même dans une 206. Montage facile grâce aux conseils de Brigitte et à 2 rescapées de la Veggie Pride, Chloé et Nathalie, qui avaient déjà titillé la bête à Lyon. Les tracts n’étaient même pas encore posés sur la table que les nuages décidèrent de tester son étanchéité mais elle a résisté. D’ailleurs nous devrions en proposer sur la boutique L214 puisque 2 personnes ont voulu savoir où elles pouvaient s’en procurer. Je leur ai donc filé l’adresse de L214 Paris

Le papier sous la pluie ca résiste mal (et pourtant qui a jamais vu un arbre fondre ?) mais vu le nombre de passants pendant les averses, eux devaient fondre.

Entre 2 gros nuages on se rattrapait et les 300 tracts furent distribués en moins de 2 heures et particulièrement grâce à Sarah qui dégaine les tracts à une cadence infernale.

Pendant ce temps, Caroline, fort courageusement, s’est allongée dans la barquette puis fut tartinée de sang (limonade + gouache rouge). Elle y est restée une bonne heure. La pluie diluait le sang qui s’écoulait du cadavre humain.et descendait le long de la rigole d’évacuation des eaux au milieu de la principale rue piétonne de la ville. Effet garantie !

Que de visages horrifiés ! De passants choqués ! Un couple a cru que nous promouvions la viande humaine, d’autres ont vigoureusement protestés contre cette ignominie : mettre un humain dans une barquette ca ne se fait pas !


La police en civile est venue nous rendre visite deux fois en 45 minutes. Autorisation contrôlée, identité relevée (la mienne), questions sur nos revendications pour la première patrouille, en toute courtoisie. Le photographe de Vosges Matin était présent à ce moment-là et lui aussi s’est fait interrogé sur son identité. La deuxième patrouille nous a expliqué que des gens s’étaient plaint parce qu’ils avaient peur pour les enfants mais aussi que des commerçants choqués les avaient appelés. Confidences : ils ont dit qu’ils s’étaient déplacés (Mr Le Commissaire de la sécurité publique en personne) pour prendre l’air et parce qu’ils n’avaient rien d’autres à faire. Même pas voulu voir l’autorisation de la mairie, ont pris une brochure L214 et demandé nos revendications. Je leur ai dit en terminant par « la promotion du végétarisme », la réponse fut : « Ah oui, quand même. »

Caroline est finalement sortie, ensanglantée, et ca a provoqué un attroupement qu’elle aurait bien voulu éviter. Pas évident d’être en sous-vêtements un samedi après-midi en centre ville !

Article paru dans Vosges Matin du 7 juin 2009

Une journée en barquette pour dénoncer les maltraitances animales. (Photo M.O.)


Se mettre nu en barquette pour défendre la cause des animaux qu'ils soient à plumes ou à… poils, c'est ce qu'avaient prévu les militants de L214 hier à Epinal. Sauf que mauvais temps aidant, il n'y a qu'une jeune volontaire qui a voulu jouer le rôle de la viande sous cellophane pour interpeller les passants. Cette association œuvre en fait pour plus de respect envers nos voisins bœufs, vaches, poulets lapins, etc. dont la mise à mort est souvent synonyme de cruauté : " Nous voulons en fait dénoncer l'utilisation des animaux pour nos plaisirs, gustatifs ou pas", explique Hervé Breuil de L214, du nom de cet article du code rural qui impose à tout élevage animal des règles de respect envers leurs animaux.


Hier, c'était donc la journée contre le "spécisme" qui est le pendant au racisme mais envers les espèces animales. " Il faut arrêter de dire que l'homme est une espèce supérieure. Il n'a pas plus de droits que les autres animaux. C'est pour cela que nous sommes contre la corrida, les zoos, la chasse, et la consommation de la viande." Pour ce faire, ils ont emballé une jeune femme dans une barquette et l'ont filmé pour dénoncer : " On est obligé de choquer car on veut faire le parallèle entre les viandes. La consommation est culturelle. On mange du bœuf, du mouton mais on n'imagine pas un chien ou un chat en barquette. Pourtant la souffrance est la même."


Mais il faut pourtant bien manger. Depuis la nuit des temps, l'animal mange avant de se faire manger par un autre plus gros ou plus malin. Pour les militants de L214, il est temps de changer : ' Aujourd'hui, on n'a plus besoin de protéine animale pour se maintenir en forme. Le régime végétarien convient très bien à la bonne santé. A d'autres époques, ils en avaient besoin, aujourd'hui, nous avons des substituts."


Aux côtés des membres de l'association, Jean-Luc Daub, auteur de "Ces bêtes qu'on abat" chez L'Harmattan, est venu apporter son témoignage physique et littéraire de ce qu'il a vu quand il officiait comme enquêteur dans les abattoirs : " Le pire, c'est le laxisme des pouvoirs publics qui n'ont qu'une obsession : l'hygiène. Rien n'est fait pour le bien-être animal. C'est un manque de considération et de volonté. Partout en France, j'ai constaté le non-respect de la loi qui impose l'étourdissement de l'animal avant sa mise à mort. On pourrait dresser des PV tous les
jours, ce n'est pas fait."
Y.L.

La barquette n'est pas encore installée

La barquette n'est pas encore installée

Un peu plus tard, nous avons ajouté du sang sur la chaussée pour attirer le regard des passants et ca a marché!

Un peu plus tard, nous avons ajouté du sang sur la chaussée pour attirer le regard des passants et ca a marché!

Journée contre le spécisme - Epinal

Commenter cet article